enfants-ecran-famille-couches-et-rouge-a-levres-montpellier
Être parent

[ÊTRE PARENT] Les écrans et nos enfants

La télé c’est un peu la super copine qui nous console les longues soirées d’hiver, la grande soeur qui nous rassure après une rupture, voire la baby-sitter le temps d’une douche ou d’un appel. On ne peut plus échapper aux tablettes. Et évidemment, Internet et Google sont nos amis. Pour nos tout-petits il y a des risques et les connaître, savoir les discerner peut nous aider à prévenir et bien éduquer.

Je ne suis pas de celles qui sont membres de « la tolérance 0 » team ! J’ai 2 enfants en pleine période d’opposition et du sacrosaint « NON« , qu’elles prononcent si bien, pour lesquelles maman est à la fois un outil avec lequel se mesurer et un lien vital pour grandir.
Tout ça pour dire que, lorsque je leur lance un « je vais à la douche, j’en ai pas pour longtemps, restez tranquillou ! », je vois une satisfaction briller dans leurs petits yeux de Chats Pottés « ouii, maman nous fait confiance, on est graaaandes (et on va pouvoir en profiteeeer) » et en même temps je sais pertinemment que 6 à 8 minutes plus tard… c’est le désastre ! Jouet volé, doudou dérobé, croche-patte intentionnel, bousculades passionnelles… elles ne manquent ni de ressources ni de créativité, et ce, tous les jours.

Tant et si bien qu’il m’est arrivé de penser « oh my bouddha ! j’ai envie d’aller aux toilettes… je vais attendre leur sieste… ». Puis je me raisonne ! « Non mais attends Lo, t’as envie d’aller aux toilettes, tu y vas ! ». Mais le petit Ange sur mon épaule droite fait surface pendant ce temps de solitude appréciable dès les premiers cris entendus :« et voilà, je t’avais dit qu’il fallait attendre qu’elles soient endormies pour prendre du temps pour toi ». Mouais… je l’écoute de moins en moins celui-là. Trop puritain à mon goût.

 Les écrans présents dans la vie de nos enfants

Ce grand laïus pour en venir au fait : j’ai trouvé la parade ! La parade des héros de l’enfance, une joyeuse bande de Zouzous qui défilent sur France 5. Peppa, Boris, Bob le bricoleur, Masha et son fidèle ours Mishka… En envoyant 2 ou 3 dessins animés je suis (presque) sûre qu’il n’y aura pas de saut du canapé, de courses à pieds ou au relais dans le salon, ni de combat de mini-sumo dans la chambre pendant le temps où je me lave les cheveux. Mais je culpabilise… Et si la vraie solution était d’apprendre à mes enfants à rester seuls quelques minutes sans faire de bêtises ?? Je les regarde. Je regarde l’horloge.:O

Et ma question s’envole en même temps que je fonce dans le couloir qui mène à quelques minutes de détente sous la douche avant mon grand rush pour être à l’heure pour le spectacle.
A notre époque, nous nous disons que le temps passe vite, trop vite. Donc j’appuie sur le bouton, je mets le dessin animé en me disant « elles restent calmes, je prends la douche et on ne sera pas en retard ». Parfois j’oublie que « perdre » un peu de temps maintenant, c’est gagner en qualité de vie après…
Et j’oublie les recommandations du Dr Tisseron, et de 60% des pédiatres membres de l’AFPA sur l’utilisation de la télé avant 3 ans.

« Avant trois ans, tout d’abord, l’enfant a essentiellement besoin d’interagir avec son environnement en utilisant ses cinq sens. Beaucoup d’études montrent aujourd’hui que la télévision nuit au développement des bébés ».

Donc il est précisé ensuite que la télé, les tablettes livrées à elles-mêmes entre les mains de nos enfants ne leur permettraient pas de développer une culture, un discernement personnel, des valeurs réelles et personnelles de réflexion pour bien grandir :

« Il concerne aussi la capacité d’en réguler les usages, et de se guider dans leur exploration sur la culture qu’on a acquise. Si on n’a pas un minimum de culture, on risque de s’arrêter à chaque page sur Internet et de perdre son chemin. La « pensée zapping » est souvent en rapport avec le fait que les écrans ont été introduits trop tôt, ou trop massivement, dans la vie de l’enfant, sans qu’il ait suffisamment développé auparavant un stock suffisant de connaissances et des capacités narratives. Celui à qui on n’a pas laissé la possibilité d’inventer ses propres jeux avant 3 ans, et qui n’a pas été encouragé à construire ses repères temporels, court plus que les autres le risque de ne pas pouvoir s’auto réguler. »

Et c’est un peu comme nous les adultes, quand on séche devant la télé, comme dans un sèche-linge, telles les manches d’un pull en cachemire, notre esprit devient étriqué ! 😛

Comment utiliser la télévision pour nos enfants ?

Bref, je pense que la télé fait partie de nos meubles, de notre quotidien. Qu’il est difficile de ne pas en avoir recours ou de l’éviter complétement, mais pourquoi pas s’en servir intelligemment ?
– Bien choisir les programmes que l’on donne à visionner à nos loulous (ma petite sélection favorite ici)
– Les interpeller lors du visionnage « tiens, ça ne serait pas une bêtise de faire ça ? », « oh, qu’ils sont jolis ces papillons colorés, lequel préfères-tu ? »
– les faire participer activement : « oh regarde, les animaux de la jungle ! montre-moi le lion »
– faire appel à leur futur sens critique : « je n’aime pas ce dessin animé/ce super héros, je trouve qu’il est vulgaire, impoli, pas joliment dessiné pour les enfants »
– limiter le temps passé devant
– et ne pas oublier que d’autres activités encore plus passionnantes existent ! (des idées ici, ici, , par ici, encore là, ici même !)
Pourquoi pas faire son propre programme télé ? La météo avec de jolis soleils et de gros nuages découpés, le journal des bébés avec des photos de lui, mettre en scène des petits personnages dessinés ou des marionnettes, nos enfants vont adorer. Je teste et je vous en parle bientôt.

Et vous que pensez-vous de ce sujet important ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *